Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture ou Unesco : « L’éducation transforme notre existence. L’éducation éclaire chaque pas accompli vers une vie meilleure, surtout pour les pauvres et les plus vulnérables »[1]Cette citation de l’Unesco quoi que très poétique démontre l’utilité et l’indispensabilité de l’éducation et l’espoir se trouvant dans l’éducation ;

L’article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1958 dispose : «

 1. Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.

2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.

3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants. »

Cet article du DUDH affirme que l’éducation est un droit que chacun peut réclamer ou exercer. Selon l’Institut Statistiques de l’Unesco ou ISU, le taux d’inscription à l’école primaire au niveau mondiale est de 101,594% en 2019 ; 102,517% pour les garçons et 100,608% pour les filles.[2]

Cependant d’après toujours ISU, environ 258 millions d‘enfants et d’adolescent n’ont pas d’accès à l’école en 2018[3]. Selon l’Unesco si : « des mesures urgentes ne sont pas prises » Environ 225 millions d’enfant de 6 à 17 ans ne seront pas scolarisés en 2030 soit 14% de cette tranche d’âge.[4]

Pour le cas de Madagascar, le taux net de scolarisation de l’enseignement primaire sera de 95,6% en 2018[5], le taux net de scolarisation de l’enseignement secondaire sera de 29,8%. Une enquête Multiple Indicator Cluster Surveys  ou MICS sur l’éducation a été réalisée en 2018. Selon le MICS, le  taux de fréquentation scolaire est de 76%  pour l’éducation primaire, 27% pour le premier cycle du secondaire est 13%  pour le deuxième cycle tertiaire.

La situation de l’éducation à Madagascar, Généralités

A début du millénaire, les Nations Unies et ses Etats membres se sont fixés  des objectifs appelés Objectifs Millénaires du Développement abrégé en OMD. Les OMD sont composés de divers objectifs dans divers domaines. Un des OMD discute de l’éducation : Assurer l’éducation primaire pour tous.

Le Madagascar Action Plan ou MAP de l’ancien Président RAVALOMANANA a intégré les OMD dans son plan national de développement. L’engagement N°5 du MAP évoque : la transformation de l’éducation.

Suite à l’irréalisation des OMD, De nouveaux objectifs appelés cette fois ODD ou Objectifs de Développement Durables sont fixés pour l’agenda 2030. Madagascar n’ayant pas réalisé les OMD s’engage également à réaliser les ODD.

Un des ODD a également pour thème l’éducation. Si  L’OMD N°2 discute de l’éducation primaire pour tous l’ODD 4 évoque une éducation de qualité.

Le Plan National de Développement ou PND de l’ancien Président RAJAONARIMAMPIANINA constate la perte de performance  d’inclusivité de l’éducation. Et de ce fait le PND garantit le Droit à la Santé et à l’éducation de la part de l’Etat.

Pour le cas de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar du Président RAJOELINA, le « velirano » N°4 souhaite garantir un  système éducatif pour tous.

Ainsi, l’éducation est un thème ou un sujet récurent de la vie quotidienne et politique de la population malgache.

L’accès à l’éducation à Madagascar, Chiffres et historique

En 2000, le taux net de scolarisation est de 64,9%[6]. Le taux net de scolarisation est défini comme : « Le nombre d’étudiants théoriquement l’âge officiel de fréquenter un niveau d’enseignement donné qui sont inscrits dans n’importe quel niveau d’enseignement, exprimé en pourcentage de la population du groupe d’âge officiel correspondant. » [7]Contrairement au taux brut de scolarisation qui est : « Nombre d’étudiants scolarisés dans un niveau d’enseignement donné, quel que soit leur âge, exprimé en pourcentage de la population de la tranche d’âge théorique qui correspond à ce niveau d’enseignement. Pour l’enseignement supérieur, la population utilisée est celle des cinq années consécutives commençant par l’âge de graduation du niveau secondaire. »[8]

Entre 2004 et 2006, le taux de scolarisation dans l’enseignement primaire vacille entre 93,3% à 96,6%. En 2006, le taux a été de 96,2%. Il s’agit d’une nette évolution par rapport aux statistiques de l’an 2000.[9]

Cependant ce taux de scolarisation de l’enseignement primaire chutera en 2010 suite forcement aux événements de 2009 ; en 2010, le taux de scolarisation a été de 73,4%. Ce chiffre diminuera également en 2012 passant de 73,4% à 69,2%. Notons qu’entre 2014 et 2015, le taux brut de scolarisation dans l’enseignement primaire sera de 149,8% tandis que le taux net de scolarisation a été de  106,4% selon les données administratives contre 62,3% d’après l’ENSOMD 2013.

Finalement en 2018, le taux brut de scolarisation de l’enseignement primaire sera de 142,02%, le taux net de scolarisation de l’enseignement primaire sera de 95,6%.[10] Les enquêtes du MICS 2018 informe sur le taux de fréquentation scolaire.

Le taux de fréquentation scolaire est connue comme le : « Nombre d’étudiants qui ont fréquenté ce niveau d’enseignement à un moment ou l’autre durant l’année scolaire de référence, quel que soit leur âge, exprimé en pourcentage de la population de la tranche d’âge théorique qui correspond à ce niveau d’enseignement.» [11]

Selon le MICS, le  taux de fréquentation scolaire est de 76%  pour l’éducation primaire, 27% pour le premier cycle du secondaire est 13%  pour le deuxième cycle tertiaire.

Les efforts gouvernementaux en matière d’éducation

Vu précédemment, la question sur l’éducation est mainte fois discutée par les plans nationaux de développement.

L’engagement N°3 de la MAP avait pour objectif de : « Transformer l’éducation » Théoriquement cet engagement avait pour but d’avoir un système d’éducatif aux normes internationales en terme de qualité et d’efficacité.

L’engagement N°3 avait de nombreux défis : Assurer l’accès de tous les enfants aux opportunités de développement avant leur véritable scolarisation ; créer un système éducatif performant, transformer l’enseignement supérieur. Le MAP avait prévu de réduire le taux de pourcentage de redoublement en primaire de 20 à 10% ; d’augmenter le taux d’achèvement de l’éducation primaire de 57 à 85%.

L’axe stratégique PND 4 « Capitale Humain adéquat aux processus de développement » avait pour programme de créer une : « éducation universelle aux normes de l’excellence » Ce programme du PND avait comme objectif de « Se doter d’un système éducatif performant, conforme aux normes internationales » Ses sous-objectifs étant de garantir une éducation de qualité pour tous et d’améliorer le niveau de satisfaction des usagers et de la fonctionnalité du système éducatif.

Pour le cas de l’IEM, le « Velirano » N°4 prévoyait de garantir  un système éducatif pour tous,  promouvoir l’excellence. La ligne directrice de la Politique Générale de l’Etat discutait en son alinéa 4 : « l’éducation pour tous » disposant « prépare le citoyen à participer au développement du pays. L’accès à l’éducation est garanti par l’Etat et obligatoire pour les jeunes. L’adéquation formation-emploi est une nécessité pour éviter l’abandon scolaire et pour faciliter l’insertion des jeunes dans le monde professionnel. La mise en place des centres de formation et d’orientation dès la classe de 3ième est indispensable dans ce sens. Le corps professoral doit bénéficier de formations adéquates pour former nos jeunes à devenir des citoyens responsables.

La modernisation des infrastructures et des outils de formation est requise dans les établissements d’enseignement général, de formation professionnelle et dans les Universités»[12]

Grâce à cette prééminence de l’éducation dans les plans nationaux de développement, de nombreux plans, politiques sur l’éducation ont vu le jour. Avant l’an 2000, de nombreux plans sur l’éducation ont été réalisé : Le Plan National d’Amélioration de l’Education ou PNAE en 1988, Le PNAE-2 en 1997 avait pour échéance en 2015. Le PNAE-2 avait pour objectif d’universaliser l’enseignement primaire ; ce plan ne concernait que l’éducation primaire et secondaire.

En 2003, le plan Education Pour Tous ou EPT a été crée pour être terminé en 2005. Ce Plan EPT de 2005 est centré sur l’éducation fondamentale et présentait la synthèse des actions réalisés, les résultats obtenus en 2 ans. En 2007, un nouveau plan EPT avait été crée.

Suite à la crise de 2009, les plans sur l’éducation se sont arrêtés ; il faudra attendre 2013 pour qu’un plan appelé « plan intérimaire de l’éducation »  comme nouveau cadre de l’éducation. En 2018, un Plan Sectoriel de l’Education ou PSE a été élaboré ayant pour thème : « Pour une éducation de qualité pour tous, garanti du développement durable » Le PSE durerai de 2018 à 2022. Le PSE vise à mettre en cohérence les projections à moyen et long terme effectué par les trois ministères en charge de l’éducation.

En dehors de ces plans relatifs à  l’éducation à Madagascar, il existe de nombreux projets concernant l’éducation qui ont été réalisé à Madagascar. C’est le cas du projet PERFORM en 2019, ce projet a pour but de « d’améliorer la qualité et de l’apprentissage des élèves du post-fondamental général et technique » [13]

Autre exemple le projet AQUEM ou Amélioration de la Qualité de l’éducation, commencé en 2014, ce projet de l’Agence Française de Développement avait prévu d’apporter son soutien au Plan intérimaire de l’Education de 2013 et au PSE de 2018.

Les 3 objectifs étant : « améliorer la qualité de l’enseignement primaire en formant mieux les enseignants et leur encadrement ;

Enfin en l’an 2000, un projet appelé Education III a été créé suite du projet Education I ou projet de renforcement des structures éducatives en 1987 suivi du projet Education II annulé en 1992. Le projet Education III avait pour but de doter le pays d’infrastructures de qualité dans la mise en œuvre de programmes en faveur de l’amélioration de l’éducation de base.[15]

Conclusion et Recommandations

Grâce aux divers plans nationaux de développement, les plans sur l’éducation, de nombreux projets ont vu le jour pour améliorer l’éducation à Madagascar.

L’éducation occupe une place primordiale de la vie de tout à chacun et son accès apporte des nombreux avantages comme la réalisation d’un rêve d’un individu, découverte d’un lieu à caractère intellectuel pour les élèves, un centre d’apprentissage et d’éducation pour les parents.

Cependant l’accès à l’éducation à Madagascar rencontre des problèmes notamment le manque de moyens financiers et autres des parents des élèves, le manque d’équipement et d’infrastructure scolaire, le décrochage scolaire des élève

L’amélioration du niveau de vie des parents des élèves, la réhabilitation et la normalisation des infrastructures et la création de nouvelles infrastructures proches des élèves semble une solution adéquate pour résoudre divers problèmes de l’éducation. Celle solution permettra d’augmenter le taux de scolarisation et le taux d’inscription à un établissement d’éducation.

RANDRIANARISOA Tsiory / REFESIMANDIDY


[1] https://fr.unesco.org/gem-report/node/348

[2] https://donnees.banquemondiale.org/indicator/SE.PRM.ENRR.FE

[3] UNESCO, ISU, Respecter les engagements L’ODD 4, notre objectif mondial pour l’éducation

[4] https://www.ouest-france.fr/monde/organismes-internationaux/unesco/le-taux-de-scolarisation-des-enfants-dans-le-monde-stagne-alerte-l-unesco-6518842

[5] http://uis.unesco.org/fr/country/mg

[6] https://knoema.fr/atlas/Madagascar/topics/%C3%89ducation/%C3%89ducation-primaire/Taux-net-de-scolarisation

[7] http://uis.unesco.org/fr/glossary-term/taux-net-total-de-scolarisation

[8] http://uis.unesco.org/fr/glossary-term/taux-brut-de-scolarisation

[9] INSTAT, ensomd, 2012-2013

[10] http://uis.unesco.org/fr/country/mg

[11] http://uis.unesco.org/

[12] http://www.presidence.gov.mg/presidence/66-la-ligne-directrice-de-la-pge.html

[13] https://www.auf.org/nouvelles/actualites/perform-partenariat-durable-education-de-qualite-a-madagascar/

[14] https://www.afd.fr/fr/carte-des-projets/ameliorer-la-qualite-de-leducation-madagascar-aquem

[15] Rapport Activité du Projet, Education III

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *