Le terme VIH/SIDA est composé de 2 mots : VIH et SIDA. Le sigle VIH signifiant « Virus de l’Immunodéficience Humaine »[1] Le VIH est un virus pouvant causer le SIDA ou « Syndrome immunodéficience acquise »[2]. Le VIH s’attaque au système immunitaire plus précisément aux défenses naturelles du corps contre la maladie.

Lors des dernières statistiques de l’ONUSIDA en 2020, environ  38 millions de personnes vivaient avec le VIH/SIDA en 2019, 1,7 millions de nouvelles personnes ont été infectées par le virus. Environ 700.000 personnes sont décédées de maladies liées au sida en 2019. [3]

Enfin 75,7 millions ont été infectées par le VIH depuis l’épidémie et environ 32,7 millions de personnes sont décédées de suite de maladies liées au sida depuis le début de l’épidémie.

Ces chiffres montrent que le VIH/SIDA est un virus touchant de nombreuses personnes même de nos jours. En plus c’est un virus pouvant affaiblir le système immunitaire d’une personne de ce fait de nombreuses personnes sont décédées à cause de cette maladie.

Pour le cas de Madagascar, le rapport de l’ONUSIDA de 2019 affirme qu’en 2018: 6100 nouvelles personnes ont été infectées par le virus ; pour le cas des enfants (-14ans) il est estimé qu’environ moins de 500 enfants ont été infectés ; environ 1700 femmes ont été infectées et il est estimé qu’environ 4000 hommes ont été infectés en 2018.

Le nombre de mort à cause du VIH/SIDA en 2018 avoisinent 1700 personnes. Enfin il est estimé à 39.000, le nombre de personnes vivant avec le virus en 2018 à Madagascar.

Généralités sur la lutte contre le VIH SIDA à Madagascar

Au début du millénaire, des objectifs appelés Objectifs Millénaires de Développement ou OMD ont été fixés pour être réalisés en l’an 2015. Les OMD ont plusieurs portés et de nombreux domaines.

Madagascar faisait part de ces pays qui se sont engagés pour réaliser les OMD. Un des OMD attire notre attention, L’OMD N°6 ayant comme objectif de : « Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et les autres maladies »

Le Madagascar Action Plan ou MAP de l’ancien Président RAVALOMANANA de 2007 a intégré les OMD dans son plan national de développement. Ainsi l’engagement N°5 du MAP discute de la lutte contre le VIH/SIDA.

Suite à l’irréalisation des OMD, de nouveaux objectifs appelés Objectifs de Développement Durable ou ODD ont été à nouveau fixés pour être réalisés en 2030. Tout comme les OMD, les ODD ont plusieurs domaines d’applications.

Un des ODD, plus précisément l’ODD N°2 : « Bonne santé et bien être » La lutte contre le VIH / SIDA peut être considéré faisant partie de cet ODD.

Pour le cas du Plan National de Développement ou PND de l’ancien Président RAJAONARIMAMPIANINA, le PND constate l’augmentation du nombre du dépistage du virus et les nouveaux cas de personnes portant le virus en 2013.

Pour le cas de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar ou IEM de l’actuel Président RAJOELINA, L’IEM ne déclare pas expressément la lutte contre le VIH.

Cependant plusieurs actions de l’actuel Président permettent d’affirmer sa volonté et sa conviction dans la lutte contre le VIH/SIDA. Notamment la discussion de l’actuel Chef d’Etat avec Bill Gates et le Président Français Emmanuel Macron sur cette lutte. En effet le Chef d’Etat Français et Bill Gates se sont engagés à aider Madagascar à lutter contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme[4]

Statistiques et historique sur le VIH/SIDA à Madagascar

On verra dans cette partie, les statistiques relatives sur le VIH/SIDA à travers diverses temporalités : les personnes vivant avec le virus et le nombre de personnes décédées à causes du virus à Madagascar depuis l’an 2000.

L’ONUSIDA « est un programme des Nations Unies sur la lutte contre le VIH/SIDA » qui : « mène l’action à l’échelle mondiale pour mettre fin à l’épidémie de sida comme menace de santé publique d’ici à 2030 dans le cadre des Objectifs de développement durable[5]»

Le rapport de l’ONUSIDA « Report on the global HIV/AIDS Epidemic » en 2000 ont donné les chiffres suivants sur l’épidémie de  VIH/SIDA à Madagascar. Environ 11000 adultes et enfants vivent avec le VIH/SIDA en l’an 2000. 10.000 personnes sont des adultes entre 15 et 49ans ;  environ 450 enfants vivent avec le VIH/SIDA. Pour le nombre de morts liés aux VIH/SIDA, environ 870 personnes sont mortes du VIH en 1999.

Selon le rapport de l’ONUSIDA de 2008, en 2008, Il est estimé qu’environ 14000 personnes adultes et enfants vivent avec le VIH/SIDA, une nette augmentation par rapport aux données de l’an 2000. Concernant les morts du virus en 2008, ils sont au total aux alentours de 1300 personnes (enfants et adultes confondus)

Le rapport mondial de 2019 sur le VIH/SIDA offre plus de données et de précision sur l’épidémie, notamment le nombre des nouveaux cas, entre autre les personnes mortes de VIH/SIDA et les personnes vivants avec le VIH lors des années 2010,2015 et 2018.

En 2010, Le rapport estime que 2100 nouveaux cas de VIH/SIDA ont été constatés à Madagascar (Tout âge confondu) ; le nombre de morts liés aux VIH/SIDA est estimé à 1400 personnes dans une tranche de 1000 à 1700 personnes ;  le nombre de personnes vivant avec le VIH/SIDA est estimé à 21.000.

En 2015, il y a eu 4000 nouveaux cas de VIH/SIDA à Madagascar (Tout âge confondu) ; le nombre de morts liés aux VIH/SIDA estimé à 1600 personnes;  le nombre de personnes vivant avec le VIH/SIDA est estimé à 28.000 personnes.

En 2018, il y a eu 6100 nouveaux cas de VIH/SIDA à Madagascar sans considération de l’âge des nouveaux cas ; le nombre de morts liés aux VIH/SIDA estimé à 1700 personnes dans une tranche de  1200 personnes et 2300 personnes;  le nombre de personnes vivant avec le VIH/SIDA est estimé à 39.000 personnes dans une tranche de 30.000 à 55.000 personnes tout âge confondu.

A travers ces statistiques, il est permis de constater l’augmentation des personnes infectées par le virus, l’augmentation des personnes vivant avec le VIH/SIDA et bien sur l’augmentation des décès liés au VIH/SIDA lors de ces dernières années.

Les projets gouvernementaux et non gouvernementaux pour la lutte contre le VIH/SIDA à Madagascar

Vu précédemment, de nombreux plans nationaux de développement discute de la lutte contre le VIH/SIDA. Il est à présent favorable d’approfondir la lutte du VIH/SIDA dans ces plans nationaux de développement.

Pour le MAP de 2007, la lutte contre le VIH/SIDA fait partie des engagements de la MAP, l’engagement N°5 discute de la Santé, du Planning familial et de la lutte contre le VIH/SIDA. Concrètement le défi N°3 de l’engagement N°5 vise à gagner la lutte contre le sida.

 Le défi N°3 avait comme objectif d’une part de maintenir le taux de prévalence à moins de 1%, de réduire le nombre de nouveaux cas de VIH/SIDA et l’augmentation du nombre de malades du virus recevant des traitements adéquats.  

Pour le cas du PND, son axe stratégique N°4 : « Capital humain adéquat aux processus de développement » Un des programmes de cet axe prévoyait une santé aux normes de la qualité et accessible à tous.

Un des objectifs de ce programme avait prévu de : « Lutter contre les épidémies et les émergentes » ainsi il a été fixé comme sous-objectifs : « de renforcer le dispositif contre les épidémies et les autres maladies émergentes » Pour le cas du VIH/SIDA, il avait été fixé de réduire le taux de prévalence du VIH pour la tranche d’âge  15 à 49 ans moins de 1%.

Pour le cas de l’IEM, le « velirano » N°5 proposant la santé pour tous et à tous âge promet de renforcer la prévention des épidémies et des maladies, nous pouvons donc supposer que la lutte contre le VIH/SIDA semble s’intégrer dans cette optique.

Grâce à cette pluralité d’actions pour la lutte contre le VIH/SIDA dans ces plans nationaux de développement, de nombreux plans et projets ont été élaborées pour mieux lutter contre le VIH/SIDA.

En matière de lutte contre le VIH/SIDA, le plan récurent à travers ses dernières années est sans doute le Plan Stratégique National dénommé PSN. De nombreux  PSN  ont été élaborés à travers ces dernières années : Le récent PSN de la riposte multisectorielle aux IST, VIH et sida prévu pour 2018-2022, Le PSN de réponse face aux IST/VIH/SIDA de 2013 à 2017, Le PSN de réponse face aux IST/VIH/SIDA de 2007 à 2012 et également le Plan d’action de Madagascar pour une lutte efficace contre le VIH de 2007 à 2012.

Entre 2001 et 2006 il y a eu le PSN de lutte contre le sida et avant 2000 l’Etat malgache avait élaboré un Programme National de Lutte contre le Sida.

En dehors de ces PSN, il existe d’autres documents relatifs à la lutte contre le VIH/SIDA : « Plan National de Suivi et Evaluation pour la riposte multisectorielle aux IST, VIH et Sida 2018-2022 / Plan de suivi évaluation 2013-2017 » [6]Ces plans serviront à faire les évaluations des actions réalisées dans les PSN.

Le PSN est document élaboré par l’Etat malgache afin  de lutter contre le VIH/SIDA au  niveau national, de prendre les décisions adéquates pour lutter contre ce virus, faire constat des efforts faits en la matière et d’envisager les futures mesures à prendre et d’émettre les perspectives sur la lutte contre le VIH/SIDA.

A part, ces plans théoriques relatifs à la lutte contre le VIH/SIDA, de nombreux projets ont été réalisés afin de lutter contre le VIH/SIDA : c’est le cas de l’action du Programme des Nations Unies pour le Développement ou PNUD en 2018 ayant pour thème : « Agir contre le VIH-SIDA » Cette action se résumait à des dons de sang, dépistage gratuit du virus et exposition des actions soutenues par l’agence des Nations Unies. [7]

Entre 2004 et 2012, le Ministère fédéral de la coopération économique et de développement (BMZ) a mandaté le GIZ pour intervenir à Madagascar a comme projet : « Appui à la mise en œuvre de la stratégie multisectorielle VIH/SIDA »

L’objectif étant : « Le taux de prévalence de VIH est stabilisé dans les zones à haut risque et chez les groupes cibles les plus menacés comme les jeunes, les travailleuses du sexe et leurs clients ainsi que chez les travailleurs itinérants. »[8]

Il existe également un projet de la Japan International Cooperation Agency ou JICA « PROJET DE RENFORCEMENT DU PROGRAMME DE PREVENTION DU VIH/SIDA  » entre 2008 et 2010 ayant comme objectif de maintenir la prévalence nationale du VIH à Madagascar à moins de 1%.

Constat, Conclusion, Recommandations

Le VIH est un virus attaquant le système immunitaire d’un individu et causant le Sida. Force est de constater que le VIH/SIDA est encore de nos jours un virus très actif. Les nombres des personnes estimées vivre avec le virus, les personnes nouvellement infectés par le virus et les personnes décédées à cause du virus augmentent chaque année et touchant nombreux pays.

C’est le cas de Madagascar. Cependant l’Etat malgache a fait des efforts considérables pour lutter contre le virus ces dernières décennies que ce soit sur le plan théorique avec les divers plans nationaux de développement ou PSN ou les projets relatifs à la lutte contre le VIH/SIDA. 

Les mesures suivantes permettront d’améliorer la situation du VIH/SIDA à Madagascar : il faudrait prôner une éducation et instruction sexuelle aux jeunes et aux enfants afin de les mettre en garde sur les risques sur le dit virus ; d’autres part pour restreindre les activités  sexuelles avant le mariage pour les jeunes réduisant les risques de contracter le virus. Cette éducation et cette instruction sexuelle permettra aux également de réduire les discriminations envers les personnes atteintes ou vivants avec les virus.

Il serait judicieux également d’augmenter le nombre de test et de dépistage du virus et les régionaliser afin d’améliorer les données statistiques en la matière. A travers ces  données, il sera aisé de connaitre les régions de Madagascar où le virus est plus actif et ainsi prendre des décisions efficaces et approprié pour chaque région ou localité.


[1] https://www.passeportsante.net/fr

[2] https://www.passeportsante.net/fr

[3] https://www.unaids.org/fr/resources/fact-sheet

[4] http://www.presidence.gov.mg/actualites/

[5] https://www.unaids.org/fr/whoweare/about

[6] https://www.aidsmada.mg/index.php?option=com_content&view=article&id=101&Itemid=145#

[7] https://www.mg.undp.org/content/madagascar/fr/home/presscenter/articles/2018/agir-contre-le-vih-sida.html

[8] https://www.giz.de/en/worldwide/23985.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *